Les acouphènes : où en sont les recherches ?

 

Une maladie invisible : les acouphènes

 


Les acouphènes sont la seconde maladie de l’oreille après la surdité. C’est une sensation de sifflement ou de bourdonnement interne sans source sonore externe. Le quotidien d’une personne malade peut véritablement devenir un enfer : perte auditive, difficulté de concentration, de l’écoute, repli sur soi, fatigue, stress, incompréhension de l’entourage.
Les acouphènes touchent de 10 % à 25 % de la population, tous âges confondus. C’est une véritable maladie, même si seul 1 % des personnes consultent. 
D’où viennent les acouphènes ?
Les origines des acouphènes sont multiples : traumatisme auditif, prise de médicaments., stress. On les catégorise en deux grandes familles : les acouphènes objectifs et subjectifs. Les premiers ont une origine définissable, les seconds sont fonction des individus, de leur ressenti et il est rare d’en trouver la cause. Certains acouphènes sont périodiques, d’autres chroniques. Ils peuvent varier d’intensité suivant le moment.
Des études sur les acouphènes sont menées depuis une vingtaine d’années. Elles permettent de définir les contours de leur apparition et de dégager une explication à la manifestation de « sons fantômes ». Le cerveau fonctionne pourtant bien. C’est l’oreille qui souffre : le canal auditif est incapable de fournir une information cohérente. Le cerveau réagit et comble le message erroné. Il sature l’information qu’il ne sait plus analyser et renvoie un signal permanent. C’est l’hyper synchronisation.

 


La question du traitement

 


Le parcours est difficile pour le patient, car aucun médicament dédié n’est reconnu. Cela rend les consultations médicales déroutantes pour le malade et le médecin, souvent démuni face à une pathologie ignorée : plus de 50 % des personnes souffrant d’acouphènes ayant consulté sont ressortis sans prescription ni conseil.
Il existe des solutions pourtant.
Certains traitements médicamenteux (antidépresseurs, molécules traitant l’épilepsie) démontrent une certaine efficacité. Bien que les études réalisées n’aient pas démontré leur réelle action sur les acouphènes, une amélioration du quotidien est notable. Le problème : dès l’arrêt des prises, les acouphènes reviennent.
Les traitements de l’émotionnel sont source d’apaisement. C’est un travail sur le stress par des techniques de relaxation. Il ne s’agit pas de soigner l’acouphène, mais de traiter sa tolérance car le stress est le résultat du symptôme, non le contraire. Il est certain qu’un état anxieux peut exacerber la manifestation auditive, ce qui rend intéressantes ces approches parallèles.
Des traitements avec appareillage sont aussi disponibles. Cette technique envoie au cerveau un bruit d’intensité très faible. L’acouphène est « saturé » et masqué. Certains malades le font seuls, par des techniques de masquage qui détournent l’attention et évitent la focalisation sur le bruit : ils mettent la radio, une musique.
Ces thérapies, finalement, ne visent qu’à traiter les conséquences et non la cause des acouphènes. C’est pourquoi les recherches en cours sont prometteuses : elles se concentrent sur l’origine du trouble auditif, au niveau physiologique.
Une avancée indéniable
Une recherche intéressante a permis de découvrir une relation entre certaines cellules de l’oreille interne et les neurones chargés de transmettre les informations. C’est autour de la cochlée et des récepteurs de glutamate que tout se joue. Ces récepteurs sont saturés, stimulés excessivement, et ne cessent de transmettre des informations erronées aux cellules nerveuses. Il s’agit désormais d’élaborer une molécule pouvant réguler le glutamate pour enrayer le dysfonctionnement acouphène. Les premiers essais cliniques sont lancés avec des résultats prometteurs.

 


Et la musique dans tout ça ?

 


La musicothérapie aide les patients atteints d’acouphènes. Différentes études menées démontrent son efficacité thérapeutique. C’est de la stimulation auditive personnalisée. Après avoir évalué la fréquence acouphénique d’un patient, on crée une musique adaptée atténuant la perception du bruit. Les résultats sont encourageants.
La méthode Tomatis ou Audio Psycho Phonologie, qui met en place un programme personnalisé, permet de travailler sur les acouphènes à partir du moment où ce n’est pas la demande principale du patient. Cette méthode aide à rééduquer l’oreille, et surtout à détendre la personne, ce qui entraine une diminution sensible de la gêne. La rééducation par la musique, filtrée par un procédé électronique, stimule les cellules et muscles de l’oreille . Cet entrainement auditif renforce l’écoute des sons extérieurs ce qui va finalement remettre un meilleur équilibre de l’écoute.Ce travail agit en outre sur le plan émotionnel, réduisant le stress et les tensions du corps.


http://www.france-acouphenes.org/index.php/pathologies/recherche/73-recherche-sur-l-acouphene-quoi-de-neuf-berthold-langguth
http://www.france-acouphenes.org/index.php/actu/conferences/78-avancees-recentes-dans-la-comprehension-des-mecanismes-physiologiques-de-l-acouphene-et-applications-possibles-en-perspective
http://www.france-acouphenes.org/index.php/pathologies/recherche/328-le-point-des-recherches-sur-les-acouphe-nes
http://lobe.ca/cliniques/presence-de-lobe/percee-scientifique-majeure-dans-la-recherche-sur-les-acouphenes/
http://www.edp-audio.fr/actualites/recherche/4466-sensorion-lance-des-essais-cliniques-pour-un-medicament-anti-acouphene
http://www.monacouphene.ca/
http://www.franceinfo.fr/emission/info-sante/2013-2014/un-nouveau-traitement-pour-les-acouphenes-03-05-2014-12-55
http://www.rfi.fr/emission/20160119-acouphenes
http://www.topsante.com/medecine/troubles-orl/acouphenes/soigner/acouphenes-bientot-un-nouveau-traitement-definitif-22938
http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dico/d/medecine-implant-cochleaire-4524/
http://www.tinnitus-hilfe.ch/fr/klinische_studien/klangtherapie.php

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    CAREL (mercredi, 25 octobre 2017 11:42)

    Bonjour,
    Ecrire tout ça ou rien c'est pareil. Le seul intérêt c'est la liste des différentes sites http. Toujours rien de nouveau